Archives pour la catégorie Agenda

Programme du séminaire 2014-2015

18 novembre 2014 : « Violence, droit et légitimation » (Salle IHMC, journée entière : 10h-13h, puis 14h-17h) : 

- 10h-13h : « Violence, droit et légitimation : un bilan des travaux de l’Atelier » (Félix Blanc, docteur en études politiques, ATER en science politique à l’Université de Nice)

- 14h-17h : « Les rapports entre violence matérielle et violence symbolique » (Félix Blanc et Francisco Roa Bastos, docteur en science politique, rattaché à l’Université de Nanterre)

 

2 décembre 2014 : « La légitimation du côté des « gouvernants » (Salle IHMC, journée entière : 10h-13h, puis 14h-17h) : 

- 10h-13h : « La légitimation du côté des “gouvernants” : discours et revendications de légitimité. Un bilan des travaux de l’Atelier  » (Raphaëlle Laignoux, maître de conférences en histoire romaine à l’Université de Paris 1) 

- 14h-17h : « La légitimation intrapartisane d’un parti au pouvoir : le cas du parti socialiste grec pendant les années 2001-2010 » (Dimitrios Kosmopoulos, doctorant en Science politique à l’Université Paris-Dauphine).

 

27 janvier 2015 : « La légitimation du côté des “gouvernés” » (Salle CEA Annexe, 14h-17h) : 

- 14h-17h : « La légitimation du côté des “gouvernés” : attestations publiques de légitimité, expressions et fabrique du consentement. Un bilan des travaux de l’Atelier  » (Antoine Gailliot, agrégé d’histoire, professeur au lycée La Hotoie, Amiens)

 

17 février 2015 : « La légitimation entre sciences sociales et sciences de l’esprit » (Salle CEA Annexe, 14h-17h) : 

14h-17h : « La légitimation entre sciences sociales et sciences de l’esprit » (Vanessa Bernadou, doctorante en science politique à l’Université Paris-Dauphine et Francisco Roa Bastos, docteur en science politique rattaché à l’Université de Nanterre)

 

10 mars 2015 : « Les formes et les enjeux du “Dissent” » (Salle Histoire, 14h-17h) : 

14h-17h : « Les formes et les enjeux du “Dissent” : ce que le refus d’obéir nous apprend sur la légitimation du pouvoir » (Antoine Gailliot, agrégé d’histoire, professeur au lycée La Hotoie, Amiens)

 

14 avril 2015 : « La légitimation et la question des “croyances”» (Salle d’histoire, 14h-17h) : 

14h-17h : « La légitimation et la question des “croyances”. Un bilan des travaux de l’Atelier » (Vanessa Bernadou, doctorante en science politique à l’Université Paris-Dauphine et Francisco Roa Bastos, docteur en science politique rattaché à l’Université de Nanterre)

 

 

Programme du séminaire 2013-2014

Politique et communication

 Mercredi 5 février

 Emilie L’Hôte, maître de conférences en études anglophones, Université de Paris 7 :

« La communication politique du New Labour : cadres sémantiques et métaphores conceptuelles dans les discours des travaillistes britanniques (1994-2007) »

 Mercredi 19 février

Vanessa Bernadou, doctorante en science politique à l’Université de Paris-Dauphine

Francisco Roa Bastos, docteur en science politique, rattaché à l’ISP (Université Paris Ouest)

« Les outils de la communication politique et leurs usages en démocratie : des études d’opinion au marketing politique »

Elections et consentement

 Mercredi 5 mars

 Félix Blanc, doctorant en études politiques à l’EHESS (CESPRA)

Introduction au thème de l’atelier : « Elections et consentement »

 Antoine Gailliot, professeur d’histoire

« Chomsky : à propos de Manufacturing Consent »

 Mercredi 12 mars

 Jérôme Heurtaux, maître de conférences en science politique, Université Paris-Dauphine, en détachement à l’IRMC (Institut de recherche sur le Maghreb contemporain)

« Vers une sociologie des rapports au politique en Tunisie. »

 Mercredi 2 avril

 Samuel Hayat, Post-doctorant au CNAM (laboratoire Histoire des technosciences en société, HT2S)

« Légitimation et représentation sous la « République de Février » (1848) »

Mercredi 7 mai

Félix Blanc, doctorant en études politiques à l’EHESS (CESPRA)

« Le consentement à la politique extérieure dans deux gouvernements représentatifs : France et Etats-Unis »

Programme du séminaire 2012-2013

L’année 2012-2013 a été consacrée à la préparation des actes du colloque « Max Weber et la notion de charisme en sciences sociales », qui débouche sur la publication d’un ouvrage collectif à paraître en mars 2014 aux P.U.R. : Que faire du charisme ? Retours sur une notion de Max Weber

Présentation

La notion de charisme s’est aujourd’hui banalisée. Reprise et réélaborée au début du siècle dernier par le sociologue allemand Max Weber à partir des travaux de Rudolph Sohm sur le christianisme primitif, pour désigner une manière de légitimer un pouvoir, cette notion s’est diffusée au point de devenir de nos jours une figure imposée, et galvaudée, du discours politique et médiatique. Le charisme s’est transformé en lieu commun, concept-réflexe qu’on dégaine à tout bout de champ pour qualifier tous ceux qu’on estime « à part », dotés d’un « je-ne-sais-quoi » qui les fait sortir de l’ordinaire, sans qu’on cherche le plus souvent à caractériser précisément cette sorte d’« aura mystérieuse » censée entourer les êtres dits charismatiques. Mais qu’est-ce, précisément, que le charisme ? Est-il seulement possible d’en proposer une définition scientifique rigoureuse qui ferait consensus, alors que Weber lui-même n’a cessé de retravailler cette notion, sans jamais proposer une systématisation des multiples usages qu’il a pu en faire dans son œuvre ? C’est ce que cet ouvrage tente de déterminer, en convoquant des spécialistes de différentes disciplines (histoire, philosophie, sociologie et science politique) pour réfléchir à la fois sur la genèse du concept dans l’oeuvre de Weber, sur le contexte politique dans lequel il a été élaboré (la naissance des démocraties de masse) et sur des exemples historiques de personnalités qui ont pu être, un jour, désignées comme « charismatiques ». Ces retours critiques sur une notion complexe et laissant une très grande marge d’interprétation, permettent de mieux saisir les enjeux et les problèmes soulevés aujourd’hui encore par la notion de charisme, au point que peut se poser la question de son utilité scientifique même.

Programme du séminaire 2011-2012

I. Espace public, délibération et légitimation politique

9 novembre 2011

Félix Blanc (philosophie, EHESS) et Raphaëlle Laignoux (histoire, Paris 1).

Séance introductive : les enjeux du concept d’« espace public »

 

Charles Girard (philosophie, Paris IV)

« L’idéal délibératif à l’épreuve des démocraties représentatives de masse. Autonomie, bien commun et légitimité dans les théories contemporaines de la démocratie »

 

23 novembre 2011

Aude Leblond (littérature française, Paris III)

« Ce que les critiques littéraires font à l’espace public »

 

4 janvier 2012

Chercheur invité :

Nicolas Offenstadt (histoire, Paris 1) : « Que faire de « l’espace public » au Moyen Age ? »

 

II. Les constitutions et la légitimation

1er février 2012

Antoine Gailliot (histoire, Paris 1)

« Légitimation et Judicial Review, à partir des travaux du philosophe du droit Ronald Dworkin »

 

8 février 2012

Chercheur invité :

Arnaud Le Pillouër, (droit public, Université de Cergy – Pontoise, et rattaché au Collège de France : « Essais sur le pouvoir instituant »

 

7 mars 2012

Vanessa Bernadou (Science politique, Dauphine)

« Les usages du droit dans les processus de légitimation d’un pouvoir politique : le cas des juges de la Cour Suprême en Argentine. »

 

21 mars 2012

Emmanuelle Pérez (histoire, EHESS)

Présentation de thèse : « La constitution de Cadix (1812) et la légitimation de la fédéralisation de l’empire espagnol ».

 

III. Les enjeux de l’épistémologie des sciences sociales pour penser la légitimation

 

28 mars 2012

Aude Leblond (littérature française, Paris III) et Francisco Roa Bastos (science politique, UVSQ)

« Penser la légitimation avec Les mots et les choses de Michel Foucault ».

 

4 avril 2012

Chercheur invité :

Bernard Lacroix (science politique, Université de Paris Ouest Nanterre

« La mise en forme de « la politique » dans les « constitutions »

 

De 13h30 à 15h, une séance préparatoire permettra de présenter les travaux de Bernard Lacroix autour de cette question, lui-même intervenant de 15h à 17h.

 

16 mai 2012

Florence Hulak (philosophie)

Présentation de thèse : « Mentalités et imaginaires sociaux : le problème de la subjectivité dans la science historique française et la philosophie de l’histoire contemporaine ».